FEMMES DE LA HALTE


Ces femmes qui se montrent d’abord de dos, ce sont ces femmes qui vivent dans la rue et qu’habituellement on ne voit pas. Ce sont les « invisibles ». Par sécurité elles se cachent. 


Le soir, elles viennent au foyer se ressourcer, se reposer. Elles y sont accompagnées et aidées pour aller vers une solution de logement pérenne et une nouvelle vie. 


Aujourd’hui, ces femmes se dévoilent, posent face au public, montrent leurs visages et leurs personnalités. Dans ces triptyques, elles se révèlent de trois façons : de dos, de face et à travers un objet qui leur est cher.  


Parmi ces « femmes de la Halte », il y a aussi celles qui, tous les soirs, sont là pour accueillir celles qui sont hébergées, celles qui écoutent : les travailleuses sociales. Elles se sont également prêtées à l’exercice du portrait en triptyque, car toutes ces femmes ont quelque chose à montrer, à raconter d’elles-mêmes que les autres ne savent pas.

Fatou-Sophie, résidente du foyer 

Fatou a choisi un flacon de parfum « À la folie » de Mauboussin. Elle aime en mettre sur elle avant de sortir.

info
×

Kaffet, travailleuse sociale, accueille les résidentes du foyer depuis les débuts du dispositif mis en place par Aurore 

Sa mitaine représente son style. Elle rit en expliquant que certains l’appellent « Karla » (en référence à Karl Lagerfeld).

info
×

Mariam, résidente du foyer 

Elle a voulu montrer son livret d’apprentissage du Français. Elle a à cœur de mieux parler, jour après jour, la langue du pays qui l’accueille.

info
×

Asma, résidente du foyer depuis deux semaines 

Sur cette photo, on aperçoit son frère et elle, enfants, posant devant l’objectif dans un jardin. Elle raconte que cette photographie transmet des émotions sur eux et dit d’eux qui ils sont et ce qu’ils aiment.

info
×

Morgane, bénévole au foyer depuis plusieurs mois 

Son carnet Moleskine l’accompagne tout le temps. Elle y consigne de nombreuses choses importantes dans sa vie quotidienne. Elle y prend des notes, y inscrit ses pensées, y structure ses idées, y écrit des rendez-vous.

info
×

Zamfira, résidente du foyer depuis cinq mois 

Elle raconte que ces trois peluches représentent comme des enfants pour elle. Depuis qu’elle a trouvé sur un marché ces poupées abandonnées, elle les emporte toujours avec elle dans son sac à main.

info
×

Fanta, résidente du foyer depuis dix jours 

Son compagnon lui a offert ce sac à un moment particulier pour elle, en mars dernier. Elle venait de faire une troisième fausse-couche.

info
×

Mariana, résidente du foyer 

Cette peluche est son « doudou ». Elle aime le serrer contre elle lorsqu’elle s’endort, sans doute pour se rappeler l’homme qu’elle aime, éloigné d’elle par des milliers de kilomètres.

info
×

Bintou, résidente du foyer 

Avant et après la séance photo, Bintou a utilisé cette brosse pour se coiffer longuement avec soin.

info
×

Fatou-Goule, résidente du foyer 

Elle possède plusieurs sacs à mains, de différentes tailles, qu’elle aime beaucoup. Elle a pris le temps d’en choisir un qui lui plaisait particulièrement.

info
×

Rita, résidente du foyer depuis trois semaines 

Son téléphone, elle ne le quitte jamais. Elle a toute « sa vie dedans ». Il lui sert pour se déplacer, communiquer avec ses proches, faire des photos et en stocker. Elle y écrit aussi quelquefois ses idées, ses pensées.

info
×

Essia, travailleuse sociale, accueille les résidentes du foyer depuis les débuts du dispositif mis en place par Aurore 

L’agenda d’Essia contient beaucoup de choses, tant personnelles que professionnelles. Elle y glisse des post-its, des feuilles importantes. Elle ne s’en sépare jamais.

info
×

Rosine, résidente du foyer depuis cinq mois 

Son téléphone est un objet qui compte pour elle, autant que la photo en fond d’écran. Il lui permet notamment de rester en contact avec son fils, qui n’est pas en France, à qui elle parle une fois par semaine environ.

info
×
Using Format